BRIDGESTONE Driveguard : le runflat pour tous

Le Bridgestone Driveguard, déjà disponible pour le marché nord-américain depuis le printemps 2014, débarque enfin en Europe. Sa particularité : le roulage à plat – ou runflat – compatible avec tous les véhicules disposant du contrôle de pression TPMS. Le confort apporté par cette fonctionnalité est-il uniquement anecdotique ou au contraire représentatif d’une tendance irréversible des constructeurs automobiles en matière de liaison au sol ?

 

Une roue de secours ? Pourquoi faire ?

 

voiture-sans-roue

photo © mymodernmet

 

La tendance est là, c’est une certitude : aujourd’hui, 4 voitures neuves sur 5 ne disposent pas d’une véritable roue de secours digne de ce nom. C’est même une option, une sorte de luxe, une alternative à la maigre « galette » qu’on peut parfois trouver sous le tapis du coffre à l’instar des biscottes qu’on trouve au fond des vieux placards. Le bon pain, c’est plus cher.

Les constructeurs veulent encore plus de place dans les véhicules, encore moins de poids, encore moins de coût. Une roue complète en moins, c’est de 10kg à 20kg selon la monte, soit de 1g/km à 2g/km d’émission de CO2 économisée, avec à la clé un peu de bonus écologique grapillé sur le total. Après tout, la place libérée dans le coffre permet de recevoir une véritable roue de secours, mais ce sera au bon vouloir et à la charge de l’acquéreur.

Bref. La roue de secours, c’est bel et bien la cinquième roue du carrosse.

kit-reparation-pneu

Alors on propose un « kit de réparation » à la place pour rassurer le conducteur ; on compte sur la mise en place obligatoire du système de contrôle de pression (TPMS) pour réduire les risques d’éclatement liés à la sous-pression des pneumatiques. Et pour finir de le convaincre, on avance la distance statistique moyenne de 70 000km pour une première crevaison.

Mais dans la vie réelle, c’est un peu plus compliqué que cela. D’abord parce que le kit de réparation n’est efficace que pour de toutes petites crevaisons facilement repérables au niveau de la bande de roulement, et qu’en l’absence de compresseur, on imagine mal devoir gonfler un pneu comme un matelas de plage, à la bouche. Ensuite, parce que ne pas disposer de roue de secours, c’est tout simplement la tuile.

 

Mais la présence de cette roue de rechange ne fait pas tout. Il faut régulièrement vérifier sa pression a priori (en même temps que les quatre autres pneus, une fois par mois pour les plus sérieux si vous en connaissez), il faut aussi savoir la changer dans les règles de l’art, ou du moins avec suffisamment de soin pour s’assurer qu’elle ne se décrochera pas au premier virage. Car c’est ainsi, il existe des automobilistes qui n’ont jamais pratiqué l’opération.

Enfin, si on s’en remet à la loi de Murphy, une crevaison a tendance à avoir lieu la nuit, sur l’autoroute, par temps de pluie et de préférence du côté conducteur. Dans ce cas extrême, on peut tout aussi remercier le ciel de ne pas avoir à changer de roue dans ces conditions inhumaines.

 

Et c’est là qu’intervient le runflat.

 

Qu’est-ce-que le runflat ?

 

structure-pneu-runflat

 

Présenté en 1992 par Goodyear et repris conjointement par Bridgestone et Continental dix années plus tard, le pneu « roulage à plat » permet suite à une crevaison de continuer à rouler à vitesse réduite et sur une courte distance le temps de trouver un garage. Par la suite, les manufacturiers ont rivalisé d’ingéniosité en proposant par exemple le pneu qui ne crève pas ou encore celui qui se répare tout seul.

Le runflat est généralement disponible sur BMW et Mini ; la raison de sa confidentialité chez les autres constructeurs tient en partie à son inconfort et à ses maigres performances, sans parler de son prix plus élevé.

Sa structure est fortement renforcée sur les flancs, de façon à ne pas s’écraser en s’affalant sur sa carcasse. 

 

Le driveguard, un pneu runflat performant pour tous les véhicules ?

 

bridgestone-diveguard-flancbridgestone-driveguard-technologie

 

Jusque-là, Bridgestone nous avait habitués à des noms olé-olé de type Turanza ou Potenza. Cette fois, on se situe plutôt dans la gamme sécurité donc il n’est plus question de rigoler : il s’appellera DRIVEGUARD.

Seul pneu runflat de remplacement disponible pour tous les véhicules et montable sur toutes les jantes, il est compatible avec les modèles qui disposent d’un système de contrôle de pression TPMS qui avertit le conducteur que le pneu est à plat et qu’il peut continuer à rouler sans jamais dépasser 80km/h pour autant, sur une distance de 80km. Si mes calculs sont bons, il pourra donc rouler au maximum pendant une heure environ, ce qui laisse un peu de marge pour trouver un pneu de remplacement.

 

Côté technique, c’est un profil asymétrique proche du Turanza, un peu plus lourd (8%) et un peu plus cher (8%), donc logiquement moins bien noté pour sa consommation de carburant, mais avec de bons résultats en freinage sur sol mouillé (A ou B selon les dimensions).

Outre ses flancs renforcés qui lui confèrent sa particularité de pouvoir rouler à plat sans endommager la structure de façon irréversible, le manufacturier a prévu une bande constituée de Cooling Fins (ailettes de refroidissement) qui contribuent à évacuer la chaleur due à la sous-pression jusqu’à 20%.

 

Conclusion

 

L’avantage du runflat est assez évident si vous préférez fuir à jamais l’idée de devoir changer une roue au milieu de l’autoroute. C’est un confort indéniable qui élimine définitivement la roue de secours de votre univers, pour le plus grand plaisir des constructeurs automobiles : nous verrons par la suite si le runflat se démocratisera en première monte sur les nouveaux modèles, ou si d’autres technologies prendront le dessus. Dans tous les cas, il semblerait que la suppression de la roue de secours soit devenue inéluctable.

Mais ce confort a un prix : légèrement plus onéreux qu’un pneu classique et un peu plus gourmand en carburant, le Driveguard n’est pas non plus un pneu increvable, il permet un sursis de 80km durant lequel vous aurez l’obligation de trouver un réparateur ou un nouveau pneu selon l’état de la carcasse.

C’est donc à vous de voir ! Si cette nouvelle vous ravit, tant mieux. Sinon, vous avez aussi le pneu self seal qui se répare tout seul comme alternative (voir pus haut) , ou encore le système AMT de Goodyear qui a engendré le pneu qui se gonfle tout seul.

 

 

BRIDGESTONE DRIVEGUARD sur POPGOM.fr

 

 

 

 

Dimensions et disponibilité

 

Bridgestone Driveguard – Pneu été –

Tailles Index Disponibilité
185/65 R15 92V XL Mars 2016
195/65 R15 95V XL Mars 2016
180/60 R15 88V XL Janvier 2017
205/60 R16 96V XL Mars 2016
215/60 R16 99V XL Janvier 2017
195/55 R16 91V XL Mars 2016
205/55 R16 94W XL Mars 2016
215/55 R16 97W XL Mars 2016
225/55 R16 99W XL Janvier 2017
215/55 R17 94W XL Janvier 2017
225/55 R17 101Y XL Janvier 2017
205/50 R17 93W XL Janvier 2017
225/50 R17 98Y XL Mars 2016
205/45 R17 88W XL Janvier 2017
225/45 R17 94Y XL Mars 2016
235/45 R17 97Y XL Janvier 2017
245/45 R18 100Y XL Janvier 2017
225/40 R18 92Y XL Mars 2016
245/40 R18 97Y XL Janvier 2017
 
 
Bridgestone Driveguard – Pneu hiver –
Tailles Index Disponibilité
185/65 R15 92H XL Juin 2016
195/65 R15 95H XL Juin 2016
185/60 R15 88H XL Juin 2016
205/60 R16 96H XL Juin 2016
195/55 R16 91H XL Juin 2016
205/55 R16 94V XL Juin 2016
215/55 R16 97H XL Juin 2016
225/55 R17 101V XL Juin 2016
225/50 R17 98V XL Juin 2016
225/45 R17 94V XL Juin 2016
225/40 R18 92V XL Mai 2017

 

 

 

 

 

 

  7 commentaires pour “BRIDGESTONE Driveguard : le runflat pour tous

  1. Louis Beaugrand
    01/02/2016 à 22:41

    J’apprécie votre regard, merci pour le sourire et les informations précises. Au plaisir, Louis Beaugrand

    • Emmanuel
      02/02/2016 à 17:55

      Merci !

  2. Cedric
    15/02/2016 à 10:56

    Je roule en run-flat depuis déjà 3 ans et je suis super content , rien à dire .

  3. JC froment
    30/05/2016 à 09:13

    J’ai une BMW équipée de renflât et je tiens à avertir tout le monde que ça est un vrai piège :
    Crevaison en montagne loin de tout et la galère:
    La plupart des réparateurs au bord de la route pas équipés pour démonter le pneu
    Pneu de remplacement impossible a trouver de suite délai minimum 2 a 3 jours après avoir du haleter pot trouver quelqu’un qui a du stock
    Véhicule immobilisé pendant ce temps car 80 km c est rien du tout
    Pneus plus chers à l achat et au montage
    Bref un beau piège à c… A fuir impérativement car tout cela personne ne vous le dit surtout pas l auteur de cet article

    • Emmanuel
      30/05/2016 à 09:29

      Bonjour,
      Merci pour votre témoignage. Effectivement, c’est l’inconvénient du runflat…mais lorsque vous dites « tout cela personne ne vous le dit surtout pas l auteur de cet article » je pense que vous l’avez lu un peu vite ! Justement dans la conclusion, je parle de cet écueil en avertissement. Je vous remets le passage :

      « Mais ce confort a un prix : légèrement plus onéreux qu’un pneu classique et un peu plus gourmand en carburant, le Driveguard n’est pas non plus un pneu increvable, il permet un sursis de 80km durant lequel vous aurez l’obligation de trouver un réparateur ou un nouveau pneu selon l’état de la carcasse. »

  4. Soufyane
    26/10/2016 à 23:06

    Moi je suis pas du tout satisfait du Pneu Bridgestone Driveguard.
    Ma voiture etait à la base monté avec du Continental, c’est une Mercedes Classe B de 2013 en taille 225/40/R18.

    J’ai monté 4 Pneu Bridgestone Driveguard et je peux vous dire que j’ai pas dépasser les 9500Km dont 7500Km en Autoroute.

    Je suis trés déçu de ce nouveau pneu, ils sont en test pour pouvoir les vendre et soit disant veulent faire une réputation, mais moi je connais et je peux vous dire que c’est de la grosse Mer…

    J’irais plus me fournir en Bridgestone, une vrai escroquerie c’est pneu

  5. Jean
    02/03/2017 à 22:40

    C’est sympa à lire. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

//
/*